Guinée-Après l’élection communale du 04 février dernier, les conseillers communaux des 342 communes urbaines et rurales ne sont toujours pas installés. Ceci, à cause de la contestation des résultats de neuf communes du pays par les opposants au régime d’Alpha Condé. Cette contestation porte un réel préjudice sur la procédure pour les autres communes. Situation anormale et incompréhensible aux yeux du juriste Mamady 3 Kaba. Lequel a proposé au micro de notre rédaction une solution alternative.

 

A l’entame, le juriste a affirmé que « Ces contestations dans les neuf communes ne peuvent pas être des obstacles à l’installation des maires et les conseillers dans les 333 communes urbaines et rurales autres. Et ceux qui gèrent  actuellement ces communes ne sont non seulement légitime mais leur légalité est remise en cause des lors que les conseillers sont élus. Donc, il est inadmissible qu’après un mois et quelques jours de ce scrutin, que jusqu’à  présent ces conseillers ne sont pas encore en fonction», a-t-il regretté.

Selon le juriste, pour le respect du fonctionnement des communes, les trois cent trente trois communes dont les résultats ne sont pas concernés par cette protestation de l’opposition devront être fonctionnelles pour le respect des électeurs de ces communes.

 

« Les populations  veulent connaitre leurs dirigeants. Donc on ne peut pas les mettre dans cette situation d’attente parce qu’il y’a des  communes où il y’a encore des contestations…Il faut juste savoir que les communes sont autonomes donc, les résultats qui sont acceptés, il faut qu’on installe ses conseillers locaux en attendant qu’on trouve des solutions à des questions qui ne sont pas encore posées », a-t-il précisé.

 

À la question de savoir qui doit convoquer cette première session pour l’élection du maire et de son adjoint, Mamadi III Kaba répond qu’il est de la responsabilité des autorités de tutelle de convoquer la première session des conseillers.

« Pour les communes rurales, il revient au préfet de convoquer cette session alors qu’à Conakry, il est du devoir du gouverneur de convoquer la session pour l’élection du maire et son adjoint dans les communes après les élections. C’est un pouvoir décentralisé dans la gestion des collectivités. Donc pour les communes qui ne sont pas concernés par cette contestation, on devait depuis agir dans le strict respect de la loi», a-t-il déclaré.

Fodé Bayo

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE