C’est à elle que l’on doit la création du pôle business digital au sein de Côte Ouest Audiovisuel. Elle et la société ivoirienne ont su devancer les bouleversements du paysage audiovisuel en Afrique. Rencontre avec cette spécialiste du marketing au parcours passionnant.

 

Pas facile de se faufiler dans l’emploi du temps chargé d’Olivia Dadié Kipré. Il est 9h à Abidjan lorsqu’elle décroche le téléphone pour répondre à nos questions sur sa carrière professionnelle. Celle-ci est riche et une source d’inspiration pour toutes femmes désireuses de s’épanouir à des postes à hautes responsabilités. Olivia Dadié Kipré a toujours été passionnée par le marketing. Née en Côte d’Ivoire de parents « cosmopolites et un peu globetrotteurs », la jeune femme de 34 ans a beaucoup bougé avec sa famille durant son enfance.

 

Après une scolarité réalisée entièrement en Côte d’Ivoire, elle a eu le choix de poursuivre ses études supérieures en France ou aux États-Unis. « Je ne voulais ni l’un ni l’autre. Je voulais découvrir autre chose. Ma mère est une ivoirienne née en France alors je connaissais déjà un peu le pays et je trouvais les États-Unis trop grands et impersonnels », nous fait-elle savoir. Elle opte donc pour le juste milieu : le Canada.

Le pont entre l’Occident et l’Afrique

 

Diplômée d’un bachelor en gestion d’entreprise spécialité en marketing, d’un DESS en e-business et d’une maitrise en marketing international à HEC Montréal, Olivia a toujours tenu à développer des liens entre l’Occident et l’Afrique dans chacune de ses expériences professionnelles : « Je m’assurais de pouvoir les rattacher aux réalités africaines donc j’effectuais des stages en Côte d’ivoire ». Très rapidement, Olivia est rentrée dans le monde du travail. Après un poste dans une jeune entreprise qui développait des services à valeur ajoutée pour des opérateurs mobiles, Olivia a intégré différentes agences de conseils e-commerce et une agence de communication en tant que stratège marketing : « Je devais comprendre les besoins des utilisateurs et proposer des stratégies de communication et marketing digital. J’ai énormément apprécié ! Je me suis spécialisée dans le domaine du marketing digital après ça ».

 

Souhaitant voir sa carrière évoluer, Olivia n’a pas hésité à tout quitter pour s’installer en France avec son mari début 2013. « A cette période, nombreux étaient ceux qui quittaient la France pour aller au Canada ou aux États-Unis, nous on a fait l’inverse. Je cherchais à me rapprocher du marché européen pour aller vers celui africain », se rappelle-t-elle. Olivia a à peine le temps de chercher un emploi dans son domaine de prédilection qu’elle se fait approcher par Côte Ouest audiovisuel. L’entreprise désirait – au départ – créer un bureau à Paris et développer le marcher audiovisuel africain dans la capitale française.

 

Olivia sera en charge du développement de la communication avant de voir son objectif carrière se réaliser ! « Un an et demi plus tard, on me propose de rentrer en Côte d’ivoire pour chapeauter le département communication et créer un département inédit dédié au digital. Depuis toujours, je voulais acquérir l’ensemble des compétences dans ce domaine et développer mon carnet d’adresses afin de tout mettre à profit de mon pays », avoue cette férue des réseaux sociaux. Depuis 2014, elle est la directrice du pôle digital et communication du leader de la distribution de droits audiovisuels en Afrique. Une fonction qui a son lot de challenges.

Des défis à relever

 

Forte de ses expériences à l’étranger, Olivia a pu constater la grande différence entre le business modèle occidental et celui en Afrique. « Ici, on est confronté aux enjeux bancaires. Le faible taux de bancarisation qui existe en Côte d’ivoire et dans toute l’Afrique francophone nous pousse à toujours trouver des façons de promouvoir les services en ligne tout en proposant des paiements en espèces ou physiques », informe-t-elle. D’autres défis technologiques et économiques tels que le coût élevé de la connexion internet – qui freine la consommation en ligne de la population –  la stimulent et l’encouragent à se dépasser.

 

D’autant que l’audiovisuel est un secteur en pleine croissance en Afrique. « L’un des enjeux se trouve dans la création de contenus. Il faut des réalisateurs et des réalisatrices compétents, capables de faire des productions avec des standards internationaux. Il y a de la créativité mais il faut la soutenir et l’accompagner. Souvent, les jeunes réalisateurs se lancent sans penser aux retombées économiques. Ils font une création qui peut fonctionner sur internet, mais une fois qu’elle a été diffusée et visionnée sur la toile, il faut être en mesure de déterminer les chaînes de télé capables de la reprendre » constate-t-elle.

 

Pour le moment, la rentabilité d’internet en Afrique n’est pas suffisante pour permettre à un jeune créateur de vivre de sa production. C’est toute une infrastructure qu’il faut mettre en place avec des accompagnements et un meilleur accès à du matériel de bonne qualité.

 

En plus de ces nombreux challenges, Olivia doit relever des défis en tant que femme dans cette industrie masculine : « Très honnêtement, ce n’est vraiment pas facile. Aujourd’hui, je suis à l’aise quand je dois partir seule en conférence à l’extérieur du pays, mais quand j’ai commencé, j’étais très impressionnée. Lors de certaines réunions, je me retrouvais devant des directeurs d’entreprise… on pouvait être une vingtaine et j’étais la seule femme parfois même la seule noire. C’est impressionnant mais on s’habitue ».

 

Victime de remarques sexistes, Olivia a été sans cesse dans l’obligation de justifier ses compétences et prouver qu’elle avait sa place. Grâce à son aisance devant un auditoire, la manière dont elle occupe une pièce et son expertise, elle a réussi petit à petit à s’imposer.

De plus, elle met bénévolement son expertise au service des jeunes femmes porteuses de projet du pays. Conseils en communication, développement des marchés, acquisition de nouveaux clients, présence sur les réseaux sociaux. Elle les accompagne dans leur aventure entrepreneuriale afin de les propulser, toucher leur clientèle cible, développer leur portefeuille clients et asseoir leur crédibilité.

Attirée par les défis e-business en Afrique francophone, Olivia veut rester au premier rang, prête à contempler le boom digital qui éclatera en Afrique francophone.

www.intothechic.com

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE