À travers sa musique, son travail militant et son application « App-elles », Diariata N’Diaye – créatrice de l’association Résonantes – travaille afin que les victimes des violences faites aux femmes ne soient plus seules.

À 34 ans, la jeune entrepreneuse française d’origine sénégalaise lutte contre les violences conjugales, l’excision, le viol ou encore le mariage forcé, qu’elle a elle-même failli subir.

Mais c’est en voyant des femmes autour d’elles, des victimes qui lui ont raconté leur combat quotidien, qu’elle a décidé de commencer à sensibiliser les 15-30 ans sur le sujet des violences faites aux femmes dans les collèges et lycées par le biais de son spectacle « Des mots sur des maux » ( 2008) en compagnie du guitariste Patrick Dethorey.

Désireuse d’aller plus loin dans son engagement, elle lance une application solidaire « App-Elles » , présentée au CES de Las Vegas.

« Ce qui est efficace pour toucher les jeunes, c’est de faire une appli, de leur permettre d’appeler à l’aide d’autres personnes que les secours. En discutant avec des victimes de violences, je me suis bien rendue compte qu’elles n’appelaient pas la police et qu’elles ne portent pas plainte », dit-elle lors d’un entretien accordé à TV5 Monde.

En effet selon les chiffres officiels publiés sur Stop-violence-femmes.gouv.fr, en France 225 000 femmes sont victimes des violences sexuelles et/ou physiques de la part de leur conjoint ou ex-conjoint chaque année mais seulement 19% d’entre elles osent porter plainte en gendarmerie ou en commissariat de police. Un pourcentage faible qui s’explique par la peur de l’agresseur et de ses menaces, le coût et la longueur des procédures ou encore l’inintérêt accordé à leurs témoignages pour ne citer que ça.

Une application anti-agression

Diariata N’diaye a alors imaginé un autre moyen qui permette aux victimes de parler librement, d’avertir et de s’informer. Grâce à l’application « App-Elles », dès qu’une femme se sent en danger, elle peut envoyer un message d’alerte à trois contacts en appuyant sur un simple bouton.

Les personnes alertées recevront les coordonnée GPS de la victime afin d’appeler les secours ou lui venir directement en aide. Une autre option permet d’être en contact avec des associations pour témoigner et s’exprimer. Enfin, le bouton « informer » donne accès aux différentes procédures possibles.

Aujourd’hui une campagne de financement participatif est lancée pour la mise en production du Bracelet d’Alerte Connecté. Un moyen encore plus efficace d’alerter les trois personnes sans passer par le téléphone.

intothechic.com

PARTAGE
Article précédentProgramme de desserte d’électricité du 17 février 2018
Article suivantHARCÈLEMENT SEXUEL : CHRISTIANE TAUBIRA PREND LA PAROLE
www.lesmazones.info Votre site d'informations générales conçu et animé par des Amazones spécifiquement en direction de la couche féminine. Premier du genre en Guinée, ce site scrute, embrasse et analyse l’actualité avec une sensibilité cristalline et une sensualité purement féminine. http://lesmazones.infos : un site du groupe de presse et de communication Afric Vision. Contactez-nous pour une question ou pour passer de la publicité sur notre site : contact@africvisionguinee.com

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE